Forums

  • Anne Brochu-Lambert

    Membre
    28 avril 2023 à 11 h 34 min

    Je serais très intéressée par votre matériel, de notre côté nous avons eu à examiner le phénomène de la désinformation à travers la lorgnette des propos agressifs en ligne (cyberbulling) dans notre communauté – l’Association des juristes d’expression française de la SK nous a pondu une politique contre le harcèlement qui inclut ce volet, qui vise à rendre les organismes imputables face à leurs employés et bénévoles, mais c’est plus pointu.

  • Jean-François Packwood

    Membre
    28 avril 2023 à 11 h 39 min

    Oui, je suis d’accord. Je pense que votre approche au FRIC avec l’établissement de certaines balises serait intéressante à savoir pour l’ensemble, voir ce que vous avez initié pour tenter de mettre en place un fonctionnement sur cet aspect.

  • Jean-François Dubé

    Membre
    28 avril 2023 à 11 h 45 min

    Actuellement, les balises ne semblent pas assez suffisantes : je viens tout juste d’être confronté à un courriel de réprimande d’une personne qui conteste le positionnement de l’organisme vis-à-vis un positionnement politique à l’international (malgré un positionnement fort du Canada sur cet enjeu). Sans être mentionné dans l’échange avec ladite personne, on peut percevoir une tendance vers un raisonnement alternatif. Que faire alors ? Si l’on ne prend pas position ou si l’on revient sur le positionnement, sommes-nous en train de donner raison aux positionnements alternatifs ? ?

    • Jean-François Packwood

      Membre
      28 avril 2023 à 11 h 46 min

      La situation que tu présentes et tes questions sont pertinentes. Loin d’être expert sur le sujet, j’y vois toutefois des distinctions. Désinformation vs positionnement alternatif.

      – Information véhiculée qui semble (preuve étant) fausse… comment on gère tout ça ?!? (Pas simple… j’avoue, je me pose aussi la question).
      – Positionnement alternatif (mais tout de même valable) : ne serait-ce pas plutôt du côté d’un échange de point de vue (qui, je crois, est sain – si fait avec ouverture). Et là, la communication prend place, résultant parfois au maintien de chaque positionnement dans le respect réciproque ou changement d’une part avec ces nouvelles perspectives qui peuvent s’expliquer. Mais je suis conscient qu’en ‘théorie’ ça semble simple, en ‘pratique’ pas toujours ?

    • Anne Brochu-Lambert

      Membre
      28 avril 2023 à 11 h 47 min

      Ah le grand débat qui se pointe le nez … Si le FRIC/ tout organisme a une position officielle (voir ,dûment discutée/votée au c.a.), c’est donc dire qu’elle est de la sphère politique, la direction peut dans cet instance diriger la lettre du membre à l’élu qui se sent apte à y répondre (présidence, ou vice-présidence, c’est que je recommanderais). Que la position alternative soit valable (ou qu’elle soit erronée ou de type désinformation), suggère le même mécanisme à mon sens. L’organisme reste sur sa position. Si le membre est toujours insatisfait(e) de la réponse, il/elle aura la possibilité de ramener ce point en AGA, en vertu de vos pré-requis de discussions en AGA (et de potentiel résolution). Dans cette éventualité, et si la position alternative est une ‘dérappe’, mieux vaut prévoir les arguments (et les sources d’informations qui la nourrissent) pour bien assoir la position de l’organisme (cela ne nuit pas si elle va aussi dans le sens de la position du Canada en matière de politique étrangère).

  • Jean-François Dubé

    Membre
    28 avril 2023 à 11 h 51 min

    D’autant plus que le positionnement alternatif semble basé sur de la désinformation et du complotisme. C’est donc malheureusement difficile et même impossible d’avoir une discussion et/ou un échange puisque des 2 côtés, on ne reconnaît pas la légitimité du discours de l’autre.

    Nous sommes vraiment dans une période sombre où la véracité de l’information n’est plus essentielle. J’ai lu dernièrement un article dans la Presse où un journaliste confrontait une personne qui faisait de la désinformation en lui disant : « Vous savez que c’est fort possiblement erroné votre position? », La réponse de la personne : « Je me fou que ce soit vrai ou pas, l’important c’est qu’on m’entende ! » ?

    • Jean-François Packwood

      Membre
      28 avril 2023 à 11 h 51 min

      Oh, je vois la ‘couche’ de plus… Merci des précisions.
      En effet, notion de véracité de l’information de moins en moins jugée essentielle. Et on ajoute la liberté d’expression au combo.

      Positionnement alternatif et liberté d’expression sont bien sûr souhaités dans notre société pour une évolution saine.
      Pas quand la désinformation s’y trouve toutefois !

      Au début de COVID, j’ai eu un échange avec des personnes autour de moi sur l’approche communicationnelle avec des personnes au sein de groupe complotiste. Un livre avait été mentionné en référence / que je n’ai pas pu lire au final – et j’ai oublié le nom | mais je vais chercher dans mes échanges et tenter de le retrouver.

      Sinon, il y avait aussi la notion de : il faut accepter que certains sujets ne seront plus (pas) discutés avec certaines personnes / et dans le cas de réseau d’organismes – décider de ne plus aborder publiquement un sujet si celui-ci est trop diviser ET que la division est issue de désinformation.
      Bon, d’autres échanges à venir sur la question, c’est certain (Malheureusement je dois dire – si on pouvait ne pas en être là. Mais bon !)

    • Anne Brochu-Lambert

      Membre
      28 avril 2023 à 11 h 53 min

      Déprimant de voir que ‘le 15 minutes de gloire’ est plus important que le contenu du message….Je nous propose de faire une petite recherche mutuellement et de dégotter les ouvrages les plus récents (anglais et français) sur les méthodes de ‘désamorçage’ des discours où la vérité est triturée, où les complots sont plus aisés à adopter que de faire face à une vérité difficile (qui parfois nécessite des nuances). Cette liste pourrait être étayer par l’ensemble du réseau ( et peut-être même validée par des lecteurs volontaires). Je suis franchement en appétit pour un mode d’emploi pour désamorcer ces bombes sociales – et je comprends depuis plusieurs mois (en écoutant des entrevues, la plus récente étant avec Obama) que cela implique souvent un travail de longue haleine, et surtout une constance dans la méthode.

      • Anne Brochu-Lambert

        Membre
        28 avril 2023 à 11 h 54 min

        Alors voici ce que j’ai compilé pour le moment après une courte recherche d’une quarantaine de minutes environ. Des ressources en français et en anglais ( les Américains ayant pas mal à dire sur le sujet, et souvent les premiers à publier, cependant pas mal d’article en français aussi, du Québec et de la France). Ce n’est que le début. Un ouvrage intéressant est aussi attendu en juin 2023 (Escaping the Rabbit Hole: How to Debunk Conspiracy Theories …)

  • Anne Brochu-Lambert

    Membre
    28 avril 2023 à 11 h 57 min

    Surtout pour s’outiller et savoir gérer des conversations difficiles avec des membres, des employés ou des bénévoles lors d’activités ou même positionnement politique.

  • Jean-François Packwood

    Membre
    28 avril 2023 à 12 h 00 min

    De mon côté, j’ai cherché les ouvrages, balados dont je faisais référence dans un message précédent.
    Ce sont davantage sur les systèmes de pensées, les notions de jugement – justification, la moralité des propos et des actions. Cela, à mon avis, s’applique cependant avec les aspects de désinformation, etc. Car ça part aussi de ces composantes et une bonne part relève de ‘comment y voir d’un point de vue communicationnel’.
    Saisir comment les pensées se forment, ce qui influence les modes de ‘croyances’ peut permettre de décider comment aborder la situation face à des groupes à tendance complotiste.

    En pièce jointe, la liste des éléments que j’ai en ce moment.
    J’ai l’intention de lire les 2 livres. J’ai écouté quelques épisodes jusqu’à présent de la série de balados (que j’ai trouvé bien intéressant).

    Et je suis bien ouvert à poursuivre l’échange sur le sujet.

  • Simon Forgues

    Membre
    28 avril 2023 à 12 h 24 min

    Nous-mêmes travaillons activement à sensibiliser, tant nos membres et leurs salariés/bénévoles que le public en général, sur les problèmes liés à la désinformation.

    Pendant la pandémie, par exemple, on a publié le texte « 10 sites pour démonter les fausses nouvelles sur la COVID-19 » afin d’outiller le personnel en ondes à discerner le vrai du faux : https://radiorfa.com/index.php/10-sites-pour-demonter-les-fausses-nouvelles-sur-la-covid-19/

    On essaie de sensibiliser aussi les gens à la façon de débusquer les fausses nouvelles.

    Par exemple, dans « 7 énoncés pour comprendre (un peu mieux) les fausses nouvelles », on évoque quelques faits sur le sujet : https://radiorfa.com/index.php/7-enonces-pour-mieux-comprendre-les-fausses-nouvelles/

    Voici d’autres ressources qu’on a publié :

    – « Fausses nouvelles et légendes urbaines : 7 sites pour vous protéger »
    https://radiorfa.com/index.php/legendes-urbaines-fausses-nouvelles/

    – « Mésinformation ? Ou pure désinformation ? Remettez vos amis Facebook sur les rails »
    https://radiorfa.com/index.php/mesinformation-ou-pure-desinformation-remettez-vos-amis-facebook-sur-les-rails/

    – « Fausses nouvelles : 5 questions à vous poser pour éviter d’en partager »

    https://radiorfa.com/index.php/10-sites-pour-demonter-les-fausses-nouvelles-sur-la-covid-19/

    • Jean-François Dubé

      Membre
      28 avril 2023 à 12 h 25 min

      Merci pour les différentes ressources Simon !

  • Jean-François Packwood

    Membre
    28 avril 2023 à 12 h 27 min

    Je crois qu’une conférence – atelier (qui ferait une analyse/réflexion sur le sujet, ressources utiles, simulation de cas) serait bien pertinente.

    Je me demande cependant s’il ne serait pas mieux d’y aller au départ avec une offre seulement pour les membres FCCF. Étant des réseaux, regroupements avec mandat ‘porte-parole / représentation’ et donc ayant une dynamique spécifique en ce sens sur la portée des messages (ce qui n’est pas forcément le cas de nos membres) .
    Cette conférence-atelier permettrait peut-être d’identifier des actions, sous-ateliers plus ciblés qui eux pourraient être ouverts plus largement.
    Simple réflexion ?

    • Jean-François Dubé

      Membre
      28 avril 2023 à 12 h 28 min

      Je vais dans le même sens que Jean-François Packwood : un atelier/conférence avec une simulation de cas serait bien utile !

    • Anne Brochu-Lambert

      Membre
      28 avril 2023 à 12 h 31 min

      La formule mise de l’avant par les deux Jean-François me semble des plus pertinentes! Souhaitons nous d’activer ceci dans la nouvelle année 🙂 PS: mon prochain bouquin recommandée par l’émission ‘Dans les médias’ et qui devrait atterrir dans mon bas de Noel – je l’espère : Newsroom Confidential, de Margaret Sullivan ( sur la perte de fiabilité des informations et comment rebâtir la confiance du public face aux médias/ communications instutionnelles). L’ancienne réalisatrice d’infos en moi est particulièrement intriguée.

    • Administrateur du site

      Administrateur
      28 avril 2023 à 13 h 53 min

      En tant qu’individu au sein d’un organisme dédié aux arts et à la culture, comment identifier la mésinformation/désinformation ?
      En partant du postulat que les organismes dédiés aux arts et à la culture ont un pouvoir de diffusion d’informations, quel positionnement adopter par rapport à la prise de position sur certains sujets ?

      Nous vous proposons 4 volets.
      Premièrement : théorique, universitaire pour comprendre le contexte.
      Deuxièmement : international, s’intéresser à différentes initiatives de lutte contre ce phénomène.
      Troisièmement : pratique, parler d’une situation spécifique avec un psychologue.
      Quatrièmement : pratique, discuter ensemble lors d’un atelier dédié.
      Chacun.e est libre de prendre la partie qui l’intéresse !

      _____________________________________________________________________

      Premier volet : universitaire pour comprendre…

      Qu’entend-on par désinformation, mésinformation, théories du complot… ? Quels sont les stratégies identifiées par la recherche pour naviguer dans la confrontation des idées ?

      Enregistrement d’une présentation spéciale par Andréanne Veillette, candidate au doctorat en éthique à l’Université Carleton.

      2 possibilités d’écoute : avec le support visuel ou sous format balado. 

      Andréanne apporte des solutions et une perspective informée par la psychologie politique et la philosophie. ?Elle parle aussi de la prise de position, du côté du bais cognitif (comment cela peut être perçu selon les dynamiques identitaires et la psychologie des groupes).

      https://youtu.be/FVtN6OX3ZJQ

      La même intervention mais avec la vue sur Andréanne…https://youtu.be/5rG9QHuzehI

      Confronter la mésinformation

      Ressources et bibliographie complète

      _____________________________________________________________________

      Deuxième volet : international, s’intéresser à différentes initiatives de lutte.

      La plateforme ODIL de l’Organisation Internationale de la Francophonie rassemble les initiatives de lutte contre la désinformation dans l’espace francophone afin de leur apporter davantage de visibilité à l’échelle mondiale et d’en comprendre leurs spécificités.

      La recommandation de Chloé :  

      La série de balados ! 30 minutes chaque. Sur toutes les plateformes. On y retrouve notamment un épisode sur Les Décrypteurs de Radio Canada, pour tout comprendre du département d’information sur RC-RDI (composé de 4 journalistes).  Ils.elle ont testé différents formats : une émission télé (seule émission francophone de lutte contre la désinformation dans le paysage médiatique Canadien, encore uniquement disponible sur une plateforme payante), un site web, un atelier virtuel pour s’outiller, un groupe Facebook… Dans ce balado, Alexis de Lancer fait le point sur les réussites et les échecs de cette initiative, ayant à la fois atteint un public toujours plus grand mais aussi nombreux détracteurs. ODIL le podcast présente aussi des initiatives en Guinée, Côte d’Ivoire, Belgique, entre autres.

      Aussi, ODIL propose une liste (non exhaustive) de ressources culturelles de lutte contre la désinformation en français :

      Jeux/Quiz :

      Expositions :

      _____________________________________________________________________

      Troisième volet : pratique, discuter de solutions pour une situation spécifique.

      Vous vivez une situation délicate voire conflictuelle au sein de votre organisme, sur fond de désinformation ? Pour bénéficier des conseils d’un professionnel, prenez rendez-vous avec le Valentin Bonneton. Toutes les informations sont dans le volet 2 de l’article “La confrontation des idées”. Un coaching gratuit et anonyme.

      _____________________________________________________________________

      Quatrième volet : pratique, un moment pour en discuter ensemble.  

      Nous sommes en train de réfléchir à l’organisation d’un Complètement TADA (un vendredi sur deux sur Aire ouverte), dédié au sujet.

      Ce sera l’occasion de recueillir de nouveaux témoignages de solutions, grâce à la présence d’un.e intervenant.e spécialiste mais aussi d’échanger entre organismes du réseau.

      Article rédigé par Chloé Saulas.

      ___________________________________________________________________

      Pour toute autre idée sur le sujet, n’hésitez pas à nous contacter ([email protected]), ou à commenter.

       *remerciements à Anne Brochu Lambert, Jean-François Packwood, Simon Forgues et Jean-François Dubé pour leurs partages et leur suivi sur ce projet.

  • Sven Buridans

    Membre
    30 mai 2023 à 12 h 51 min

    Bonjour, l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (l’ICRML) vient de publier le rapport : ” Littératie et citoyenneté numériques chez les jeunes d’expression française en milieu minoritaire au Canada ” avec pour sous-titre : ” Comment lutter contre la désinformation et la propagande en ligne “. Personnellement je ne l’ai pas encore lu mais ce me semble une source fiable pour vous le partager ici ?

    https://icrml.ca/fr/recherches-et-publications/publications-de-l-icrml/item/84029-litteratie-et-citoyennete-numeriques-chez-les-jeunes-d-expression-francaise-en-milieu-minoritaire-au-canada

  • Marie-Renee Duguay

    Membre
    26 octobre 2023 à 9 h 48 min

Connectez-vous pour répondre.