Forums

  • Simon Forgues

    Membre
    28 avril 2023 à 14 h 01 min
  • Jean-François Dubé

    Membre
    28 avril 2023 à 14 h 04 min

    Le cas du film C.R.A.Z.Y. a souvent été cité en exemple. La musique de ce film étant un personnage en soi !

    Est-ce tout simplement un problème d’infrastructure du droit d’auteur?

  • Jean-François Packwood

    Membre
    28 avril 2023 à 14 h 05 min

    Merci J-F (D)
    J’avais pris connaissance déjà de cet article.
    Ce n’est pas qu’une question de budget. Comme tu l’indiques, il y aussi l’infrastructure (ou qui possède les droits des dites chansons souhaitées). Dans ce cas précis avec Xavier Dolan, bon nombre des chansons les droits avaient été cédés à leur “label” (label qui souvent n’est plus celui de l’artiste, et même n’existe parfois plus – et dont le catalogue a été racheté par un autre label / Américain ?!?… dans ce cas, musique franco = pas sa priorité).
    Dans un dossier comme celui-ci, je crois qu’il y aurait intérêt à se ‘coller’ à l’ADISQ (je crois que l’ANIM développe de plus en plus de lien avec elle, notre porte d’entrée ??? ?)

  • Anne Brochu-Lambert

    Membre
    28 avril 2023 à 14 h 06 min

    Fascinant de s’apercevoir que non seulement on doit remonter la pente du ‘être cool en français’ devant l’attraction des chansons en anglais ( et je ne fais pas exception à cela – j’ai beaucoup de matériel américain et anglais dans ma discothèque perso), mais qu’il faille aussi sauter des barrières relevant de l’infrastructure de la gestion du droit d’auteur ( ce que nous nous devons de respecter et encourager en soit) – c’est une réflexion planétaire (ou du moins avec nos vis-à-vis américains ?) qui s’impose on dirait bien. Petite recommandation pour le plaisir et ‘s’éduquer’ : la série sur Spotify, de Netflix, très créative, sans être un documentaire, met très bien le doigt sur ce gros bobo). ET je vais voir ce que fais l’ADISQ (et l’ANIM 🙂

Connectez-vous pour répondre.